Recul de l’égalité entre les salarié-es !

Les fonctionnaires sont soumis à un jour de carence depuis le 01/01/2018, après des va-et-vient de mise en place et de suppression selon les gouvernements. La suppression de l’indemnisation de la première journée d’arrêt maladie se ferait au nommée l’équité entre salarié-es du public et du privé.

Pourtant la prise en charge de la santé des fonctionnaires ne relève pas de la Sécurité Sociale mais directement du budget de l’Etat.

Par contre les deux tiers des salariés du privé sont couverts par des conventions collectives qui prennent en charge les jours de carence, sous le dispositif « protection sociale complémentaire d’entreprise ».

En instaurant un jour de carence pour les fonctionnaires, ces derniers sont alors traités comme la minorité de salariés du privé les moins bien indemnisés. Pas franchement un modèle d’équité !

Pour la CGT, la mise en place d’un dispositif de couverture pour la minorité de salariés du privé qui, aujourd’hui n’en bénéficient pas, serait plus égalitaire entre les deux secteurs.

Ce retour au jour de carence entre dans la coupe budgétaire d’austérité touchant directement la Fonction Publique et se rajoute au gel du point d’indice (déjà bloqué depuis 2010, avec une unique augmentation de 1,2% fin 2016), ainsi qu’à la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires annoncée durant ce quinquennat, au détriment des besoins du service public de qualité, de proximité et de solidarité dans le pays.

L’alibi de la lutte contre l’absentéisme ne va ni résoudre la charge de travail des collègues en poste ni réduire les dépenses de l’Etat. En revanche, elle est un nouveau couteau dans le dos des droits des travailleurs et des travailleuses.

Si on commençait par réduire la cause plutôt que le mal ?

Pour défendre mes droits et mes conditions de travail, je ne reste pas isolé, j’agis avec la CGT !

février 2, 2018