Ni nantis, ni une charge pour la société !

Retour sur l’intervention de Christian AUZOLLE, secrétaire général de l’USR CGT, du 30 mars 2017 :

« Nous sommes aujourd’hui dans l’action pour exprimer notre colère vis-à-vis de ceux qui durant ces dernières années nous ont imposé un traitement tout simplement inacceptable.

 De réforme en réforme, le pouvoir d’achat des retraités ne cesse de se dégrader. 

L’absence d’augmentation des pensions depuis plus de 4 ans et les réformes fiscales restrictives mises en place ont entraîné une perte conséquente de pouvoir d’achats des retraités.

A ceux qui demain prétendent exercer le pouvoir, nous voulons exprimer notre détermination à ne pas nous laisser faire sans réagir. 

A écouter les propositions de F.FILLON entre deux concerts de casseroles, la seule solution serait de reporter l’âge de départ à la retraite à 65-67 ans et voire au-delà après bien évidemment avoir abrogé la loi des 35 heures et supprimer l’impôts sur la fortune.

Celui qui est en marche ne propose rien d’autre que d’en finir avec la retraite par répartition d’en finir avec les réformes du CNR, pour le remplacer par un système unique de retraite par point totalement injuste et inéquitable et bien moins favorable que notre système actuel.

Le discours démagogique de celle du Front National n’est que leurre et mensonge lorsqu’elle prétend vouloir rétablir la retraite à 60 ans, alors que dans le même temps elle veut exonérer les patrons de toutes les « charges », qui ne sont rien d’autre que des cotisations sociales qui servent entre autre au financement des pensions de retraite.

Tout comme ceux qui sont actuellement aux manettes ils veulent tenter de nous imposer de nouvelles réformes parce que nous serions selon eux la cause de tous les maux de cette société des inutiles trop grassement payées à ne rien faire.

Aussi nous le disons haut et fort : NON LES RETRAITES NE SONT PAS DES NANTIS ! 

C’est encore plus vrai dans notre département où selon une étude de la CARSAT Auvergne, le montant moyen des pensions versées aux retraités cantaliens est de 525 euros par mois. 

A titre de comparaison le montant des pensions dans notre département est de 23,23% inférieur à la moyenne de la région Auvergne.

Les salariés qui ont une carrière complète perçoivent une pension moyenne de 984,10 euros inférieure au seuil de pauvreté, ce qui en dit long sur les retraites de misère de certains. 

Pas étonnant, avec de tels chiffres que nombre de retraités renoncent à se faire soigner parce qu’ils sont dans l’impossibilité de se payer une complémentaire santé.

Alors oui disons le : c’est inacceptable, inadmissible et nous ne tolérons pas plus longtemps cette situation.

Parce que contrairement à ce qu’ils prétendent les retraités ne sont pas une charge pour la société mais bien le contraire. 

D’une part de 17 à 20% de la consommation est assurée par les retraités. 

Par ailleurs, des dizaines de milliers d’emplois dépendent directement du pouvoir d’achat des retraités dans les maisons de retraites et les services à domicile.

Alors non seulement les retraités ne sont pas une charge pour la société mais une richesse qui paient la TVA, les impôts, qui cotisent aussi à la sécu comme tous les salariés français.

Alors oui le respect et la reconnaissance des retraités s’impose parce qu’ils ne sont ni nantis, ni à charge mais au contraire utiles à la société toute entière. 

Combien de retraités siègent dans les conseils municipaux et donnent de leur temps pour la collectivité ? Combien d’entre eux sont investis de responsabilités politiques et syndicales ? Combien sont-ils dans le monde associatif, dans le sport, la culture etc … ? Combien sont-ils dans les associations caritatives (Secours Populaire, Restos du Coeur, …) ?

Combien donnent-ils de leur temps, quelque fois de leur argent, pour aider leurs enfants ou petits enfants dans la difficulté que leur impose ces politiques libérales. Et après ça, ils osent encore nous traiter de nantis ? de privilégiés ? des boulets assistés par la société ? 

Qu’ils le sachent ! Dans notre pays qui est la 5ème puissance mondiale, ils trouveront la CGT sur leur route parce qu’il est hors de question que nous soyons contraints à des restrictions supplémentaires ni à une nouvelle cure d’austérité. 

La CGT dénonce le blocage des pensions depuis plus de 4 ans sans tenir compte des augmentations de la vie courante tel que la nourriture, le logement, l’énergie, les impôts de toute nature, etc …

Nous exigeons une pension de retraite digne du 21ème siècle au minimum égale au SMIC et une augmentation tous les ans au 1er janvier. Nous exigeons également le retour au calcul des pensions sur l’évolution des salaires et non sur celle des prix à la consommation. Nous exigeons un rattrapage immédiat de 300 euros par mois pour tous, afin de compenser les années d’austérité imposées, parce que les pensions de retraite ne sont ni une allocation de solidarité, ni une aumône. 

La pension n’est autre que le résultat des cotisations payées tout au long de sa vie professionnelle et des richesses que nous avons créées. 

Il s’agit donc d’un droit à une pension et rien d’autre ! 

Nous exigeons le retrait de toutes les mesures fiscales restrictives et notamment la suppression de la demie part pour les veufs, veuves et les personnes vivant seules, ainsi que la suppression de la majoration de 10% de toutes celles et ceux qui ont élevé 3 enfants et plus. 

Nous exigeons, l’arrêt des déremboursements des médicaments, des forfaits et franchises médicales qui ont pour effet de faire exploser les tarifs des complémentaires santé et qui sont totalement injustifiés. 

Il faut en finir avec la politique des dépassements d’honoraires qui aggravent les inégalités d’accès aux soins. 

Nous exigeons une prise en charge, décente de la perte d’autonomie financée par la sécurité sociale. 

Le maintien des services publics de qualité est une exigence dans chacune de nos communes pour toute la population et pour les retraités en particulier. Alors nos chers politiciens ne manqueront pas de nous dire que notre pays n’a pas les moyens de répondre à nos revendications. 

Et bien qu’ils sachent à ce titre que la CGT à des propositions qui permettent de financer les pensions de retraite en mettant notamment à contribution tous les revenus, ceux du travail certes mais aussi et surtout tous les revenus financiers tels que ceux des actionnaires, les stocks options et tous les revenus du capital. 

Pour terminer, chers camarades et chers ami, j’appelle nos élus ou futurs représentants ainsi que le patronat à un peu de décence. Les grands patrons et les actionnaires se portent bien et engrangent tous les ans des profits colossaux. 

Les 39 multi-milliardaires français ont enregistré en 2016 une augmentation de leur revenu de plus de 21% pendant que salariés et retraités devaient faire des sacrifices au nom de la solidarité nationale.

Alors oui de l’argent il y en a ! N’ayons aucun état d’âme à revendiquer de meilleures pensions de retraite. 

EXIGEONS ENSEMBLE : respect et reconnaissance de nos droits ! 

EXIGEONS ENSEMBLE L’AUGMENTATION DE NOS PENSIONS ! » 

avril 3, 2017