Chiffres du chômage : la baisse n’est toujours pas là !

Les derniers chiffres du chômage diffusés par Pôle Emploi en décembre 2018 ne sont toujours pas à la baisse. Ce sont, aujourd’hui, 6 327 800 personnes inscrites au chômage toutes catégories confondues alors qu’elles étaient 6 337 400 il y a un mois ; une variation qui laisse voir une augmentation inexorable depuis le mois de juin qui enregistrait 6 062 000 chômeurs inscrits à Pôle Emploi. Il faut rappeler qu’en mai 2017 on comptabilisait 6 214 300 personnes. inscrites au chômage.

La politique de stigmatisation des chômeurs ne fait pas baisser le chômage.

Les chômeurs en catégorie A (chômeurs n’ayant pas travaillé du tout ) sont aujourd’hui 3 481 100 contre 3 466 400 en novembre.

La catégorie B (chômeurs ayant travaillé moins de 78 heures dans le mois) passe de 767 6000 personne en novembre à 757 000 en décembre.

Quant à la catégorie C (chômeurs ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois), elle passe de 1 480 200 en novembre à 1 430 000 aujourd’hui. Nous ne voyons dons pas encore l’embellie annoncée par le gouvernement.

Nous pouvons aussi ajouter les 43 000 personnes placées en chômage partiel pour soi-disant « crise des gilets jaunes ». La crise des gilets jaunes a bon dos car la cause de cette crise économique est bel et bien le refus d’augmenter les salaires et le pouvoir d’achat par le patronat, soutenu par un gouvernement à son service.

Alors que se poursuivent les négociations assurance chômage, ces chiffres montrent qu’il serait encore plus inacceptable de baisser les droits privés d’emploi comme le souhaitent certaines organisations, sur injonction du gouvernement. Les droits des privés d’emploi doivent, au contraire, être revalorisés en donnant les moyens de se former et de chercher un emploi sans avoir à se soucier en permanence de comment remplir le réfrigérateur. La nécessité d’accéder à un emploi stable en CDI et correctement rémunéré est une priorité pour chaque personne en recherche d’emploi.

Dans les négociations passées et comme dans les négociations actuelles, la CGT continuera à se montrer combative et cherchera systématiquement à ce que chaque salarié, privé d’emploi ou pas, se voit attribuer un revenu à hauteur de ses besoins.

janvier 9, 2019